mercredi, février 02, 2011

 

ARTE Reportage: Les Frères Musulmans, par Francis Chartrand


Créée en 1928 par Hassam Al Bana (grand-père de Tariq Ramadan), sa devise, « Dieu est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyr notre plus grande espérance » en dit long sur ses intentions : organiser la société autour des valeurs de l ‘islam, influer sur les gouvernements, soutenir les mouvements armés tel le Hamas et aider le terrorisme.

L’équipe d’ARTE Reportage s’est rendue à Londres et au Caire, ville de naissance du mouvement. Ils ont fait plusieurs rencontres exceptionnelles au sein du mouvement : Essame El Ariane, porte-parole de la confrérie ainsi que Mohamed Hadib, vice-guide, numéro 2 de l’organisation.

Intermédiaires incontournables de la diplomatie internationale, les « Frères Musulmans » posent question : soutien du terrorisme international et armement des milices du Hamas d’un côté, apaisement sur le plan de la politique intérieure (affaires du voile, otages en Irak) de l’autre, cette organisation entre ombre et lumière, solidement implantée en Occident, adulée en Egypte, pourra-t-elle longtemps continuer à pratiquer ce double jeu ?

Durée : 29min
Un reportage de Dominique Hennequin et Emmanuel Razavi
Production : Arte
Année : 2007
Reportage diffusé le 9 février 2008 sur Arte

Pour visionner la présentation et la conclusion du reportage cliquez ICI

La présentation:

« Créé il y a plus de 80 ans en Égypte la confrérie des Frères Musulmans est et demeure une énigme. Elle défend les lois de la charia tout en jouant un rôle social. Les Frères Musulmans veulent punir l'adultère par la lapidation mais ils viennent toujours en aide au plus démunis et aux malades. Les Frères Musulmans ont un côté paradoxal, et c'est bien cela qui les rend dangereux, peut-on les croire lorsqu'ils prêchent la prééminence d'un islam sans violence puis écrivent des ouvrages qui divisent l'humanité en deux cathégories: Les musulmans et les autres que l'on peut combattre jusqu'à ce qu'on se soumettre. Quel est le rôle des Frères Musulmans dans le terrorisme international ? Dominique Hennequin a réussi à rencontrer certains responsable de l'organisation qui préfèrent en général rester dans l'ombre. »

Le mot de la fin:

« La confrérie des Frères Musulmans mélange les genres et trouble l'opinion. Son influence grandissante et l'ambiguité de son discours n'en finissent pas d'inquiéter les services antiterroristes du monde entier. »

Lien

Libellés : , ,


 

Inde - Le terroriste survivant de Mumbai dit s'être fait promettre du sexe avec des vierges en récompense de meurtres massifs, par Francis Chartrand


Une religion™ de «paix»™ qui promet du sexe en récompense du massacre d'innocents...

Le seul terroriste survivant de l'attaque terroriste contre Mumbai, Ajmal Amir Kasab, a admis que des officiers de l’armée pakistanaise l’avaient attiré, ainsi que ses partenaires militants, dans des camps terroristes du Pakistan par des déclarations que le djihad auquel ils participeraient leur offrirait une chance de mettre un terme à leur quête de «vierges sacrées».

Le 10 terroristes pakistanais qui ont attaqué Mumbai ont été endoctrinés par l’establishment terroriste du Pakistan.

L’escroquerie du djihad pour des vierges a été utilisée pour tromper les adolescents musulmans et les amener à devenir des terroristes.

Au cours de leur entraînement, des officiers de l'armée pakistanaise et des commandants du Lashkar-e-Toiba ont dit à maintes reprises aux terroristes que dès que vous serez tué dans le djihad contre l'Inde dans les assauts contre Mumbai, votre corps émettra une lueur divine et un parfum enivrant avant de s'élever vers le ciel pour jouir de relations sexuelles avec des vierges magnifiques qui vous attendent, selon le site The Political Party.com, citant la confession de Kasab à l’escouade anti-terroriste de Mumbai (ATS).

Lien

Libellés : , , , ,


 

Malade, ce sikh, par Richard Martineau


Connaissez-vous Pierre Lacerte? Ce citoyen d'Outremont est passionné (certains diront obsédé) par tout ce qui touche de près ou de loin aux accommodements déraisonnables.

Sur son blogue (accommodementsoutremont.blogspot.com),il recense tous les passe-droits que les autorités québécoises accordent sous prétexte de liberté de religion et de respect de la diversité : rabbins qui dirigent des synagogues illégales, écoles religieuses qui ne respectent pas le curriculum, etc.

VIVE LE GOUROU

Mardi dernier, Pierre Lacerte publiait un texte exhaustif sur l'histoire du kirpan à l'Assemblée nationale. On y apprenait des faits assez savoureux, merci.

Tout d'abord, les quatre membres de la communauté sikhe qui se sont pointés à l'Assemblée nationale n'étaient pas n'importe qui.

L'un d'eux, Balpreet Singh (que l'on peut voir sur le blogue de Lacerte, flanqué d'un kirpan qui ressemble à un sabre) est un militant pur et dur.

Il a déjà affirmé au Ottawa Citizen (après que Via Rail ait refusé à deux reprises de le laisser monter à bord d'un train armé de son «couteau qui n'est pas un couteau») que sa communauté «ne ferait jamais aucun compromis quant au port du kirpan».

«Je suis les enseignements du gourou Sahib, et même si le monde entier est contre moi, le gourou m'a promis la victoire», a-t-il lancé.

Essayez de discuter avec un homme comme ça. Vous avez plus de chance de convaincre votre ado de ranger sa chambre...

PABLUM MULTICULTURALISTE

«Ici, d'écrire Pierre Lacerte, les intégristes de tout poil ont beau jeu de tester le système, car ils savent tous que les cours de justice s'en tiennent sagement à la rectitude politique, que les politiciens se ménagent les groupes communautaristes pour les élections et qu'ils peuvent compter sur un contingent d'universitaires élevés au pablum multiculturaliste qui viendront à leur rescousse dès la première secousse.»

Ouch !

Et vous trouvez que je suis dur ? À côté de Pierre Lacerte, j'ai l'air de Julius Grey...

UN GRAND INTELLECTUEL

Parlant de Balpreet Singh...

Sur le site de l'encyclopédie SikhiWiki (un Wikipédia pour sikhs -- pas de farce), on peut lire qu'il est «une étoile montante dans la communauté intellectuelle» ...

Question quiz : comment peut-on être considéré comme intellectuel quand on affirme suivre aveuglément les enseignements d'un gourou ?

Il me semble que le mot «intellectuel» implique un certain sens critique. Enfin...

«Les gens de Via Rail m'ont sorti du train parce que je suis différent des autres, que je ne ressemble pas à tout le monde», s'est plaint monsieur Singh.

Non, Chose : on t'a sorti du train parce que tu te promènes avec un couteau.

La barbe, on s'en fout. Le turban itou. Tu pourrais même te promener avec des oreilles de Bugs Bunny, si tu veux. Mais pour 99,9 % de la population, un objet équipé d'une lame et d'un manche est une ARME blanche.

«NOS DROITS»

«Il faut se battre pour nos droits à bord des trains et des avions», a lancé Singh.

Tu veux dire qu'on va te laisser monter à bord d'un 747 un couteau entre les mains, mais qu'on va confisquer ma bouteille d'eau ?

Ton gourou a besoin d'être bon en maudit...

Lien

Libellés : , ,


 

Indonésie - Touristes invités à découvrir la charia en action – y compris des séances de fouet sur la place publique, par Francis Chartrand


La province d’ Aceh en Indonésie met en valeur sa culture islamique pour attirer le tourisme international intéressé à découvrir une communauté idyllique, pacifiée et pieuse entièrement régie par la charia. Les attractions? Visite de mosquées… et pour les cœurs pas trop sensibles… des flagellations publiques!

Dans une entrevue accordée à Adnkronos International, un représentant de l’industrie touristique de la province d’Aceh, Cipta Hunai, invite «les touristes internationaux à visiter Aceh pour observer le mode de vie d’une communauté qui observe les lois coraniques et applique la charia» . Aceh est la seule province d’Indonésie autorisée à appliquer la charia. Certains observateurs ont indiqué que l’application de la charia dans cette province nuisait aux droits des femmes et des pauvres. Cipta Hunai déclare plutôt que la charia a permis le développement d’une communauté paisible et sécuritaire qui sera appréciée des touristes.

Cipta Hunai invite les touristes à découvrir une réalité qu’ils ne connaissent peut-être pas. Il nie que les séances publiques de fouet pourraient choquer les touristes non musulmans et les décourager de visiter Aceh. « Les peines corporelles sont imposées pour des crimes comme la vente ou la consommation d’alcool, le gambling ou les rencontres dans un lieu privé avec une personne du sexe opposé qui n’est ni le mari, ni l’épouse ni un membre de la famille. Et n’oublions pas que ces peines ne sont imposées qu’à des musulmans et qu’ici, les droits des minorités sont respectés. »

Selon les données fournies par les autorités locales, près de 5 000 touristes internationaux auraient visité la province l’année dernière. On se souviendra que la province d’Aceh fut l’épicentre du tsunami massif qui a frappé la région en décembre 2004, faisant des milliers de morts et de sans-abri.

Lien

Libellés : , ,


 

Canada - Aqsa Parvez, déshonorée même dans la mort, par Francis Chartrand


Maintenant que nous avons des crimes «d'honneur» non seulement au Pakistan et au Yémen, mais en Allemagne, en Scandinavie, en Grande-Bretagne, en Ontario et au Texas, nous devons nous mettre à jour sur les formalités appropriées. Aqsa Parvez a été assassinée à Brampton (près de Toronto).

Numéro 774. Un an jour pour jour après qu’Aqsa Parvez ait été enlevée de ce monde, présumément par deux membres de sa famille, c’est tout ce qu'il y a sur sa tombe pour rappeler qu’elle a même existé.

Section 17, lot numéro 774, dans le cimetière de Meadowvale, à Brampton, pour être précis. Pas de nom, pas de date de sa naissance, pas de date de sa mort. Rien…

Son père et son frère comparaîtront la semaine prochaine pour répondre à des accusations de meurtre au premier degré.

Sur la tombe d’Aqsa, personne ne saura que l’étudiante de 16 ans en 11e année à l’École secondaire Applewood Heights est enterrée ici. On ne devinerait jamais que quelqu’un a été enterré ici.

«Si ce n’était de quelques copines qui y ont déposé quelques fleurs, il n'y aurait rien», dit un Tarek Fatah dégoûté, fondateur du Congrès musulman canadien et auteur de Chasing a Mirage, the tragic illusion of an islamic state. «C’est honteux»...

Parlant de manière générale, Fatah a déclaré que «les victimes de crimes d'honneur ont toujours des tombes anonymes».

Par contre, la dépouille d’un commando-suicide du Minnesota a été rapatriée de la Somalie aux frais des contribuables pour ce qui ressemble ici à des funérailles très respectueuses en présence d’une foule nombreuse. Une mort honorable, sans doute.

Lien

Libellés : , , , , ,


 

TAREK FATAH menacé par un imam et un débat transformé en inquisition, par Francis Chartrand


TORONTO - Le Congrès musulman canadien (CMC) déplore la tentative de la North American Muslim Foundation (NAMF) de transformer un débat sur l'islam en une inquisition publique de son fondateur Tarek Fatah. Le «débat» devait avoir lieu samedi le 29 janvier 2011 entre M. Fatah et l'iman Sheharyar Sheilkh de la NAMF à la mosquée de la NAMF à Scarborough. Ce débat devait être animé par M. Karen Mock, le candidat du Parti libéral dans Thornhill.

À son arrivée sur les lieux, M. Fatah fut informé que la NAMF avait unilatéralement nommé un nouvel animateur après que Karen Mock se soit désisté, en invoquant «des raisons familiales.» Dans le style typiquement autoritaire qui régit la plupart des organisations islamistes, la NAMF n'a pas consulté M. Fatah sur le choix du nouvel animateur, non plus n'ont-ils considéré les trois noms qu'il avait déjà suggérés: l'Imam Shabbir Ally, Imam Yahya Fadlallah et le spécialiste des affaires islamiques au réseaude la CBC, Nazim Baksh.

Le président du CMC Sohail Raza et la vice-présidente Salma Siddiqui ont tous deux été menacés à l'intérieur des locaux de la mosquée par les gardes de sécurité de la mosquée qui leur ont dit de «quittez alors que vous pouvez toujours marcher sur vos deux jambes.»

Dès le début de la préparation du débat, depuis la nomination de M. Mock comme animateur pour le format du débat, toutes les décisions ont été prises unilatéralement par la NAMF, sans aucune consultation soit avec M. Fatah soit avec le CMC. M. Fatah a exprimé ses réserves sur le processus arbitraire et autoritaire, mais dans l'intérêt de la liberté d'expression et du libre débat public, il avait accepté, à contrecoeur, de participer au débat en autant que M. Karen Mock en était l'animateur.

Pour aggraver les choses, la NAMF a publié une déclaration décrivant Tarek Fatah comme un «semeur de haine contre l'Islam» et que «l'utilisation de la caméra vidéo ne sera pas autorisée» à l'intérieur des locaux.

M. Fatah avait posé une seule condition à la tenue du débat: un animateur acceptable aux deux parties. En nommant un animateur inconnu, sans consultation, la NAMF a agi de mauvaise foi avec l'intention de créer les conditions qui pouvaient s'avérer non favorables à un débat équitable.

En l'absence d'un animateur acceptable aux deux parties, le CMC en est venu à la conclusion que ce qui était présenté comme un débat sur l'islam, n'était rien de moins qu'une inquisition où Tarek Fatah devait être pris en embuscade. En conséquence, le CMC a exhorté M. Fatah à ne pas participer à sa propre inquisition où sa propre sécurité serait mise en péril.

Le service de police de Toronto a également conseillé à M. Fatah de ne pas participer au débat car il ne pouvait lui assurer la protection policière qu'il avait demandée, après avoir été faussement accusé par un autre imam «d'avoir vicieusement porté atteinte au Coran et au Prophète.» Cette allégation étiquette M. Fatah comme ayant commis un blasphème et, par conséquent, fait de lui une cible potentielle d'attaque par des musulmans radicaux.

Au sujet de la décision du CMC de ne pas participer à ce débat, le président du CMC Raza Sohail a dit:

«Nous sommes venus à la mosquée de la NAMF de bonne foi et pour écouter un débat sain, mais à notre arrivée nous avons découvert un environnement hostile, un nouvel animateur arbitrairement nommé, des gardes de sécurité privée qui nous ont menacés et nous ont chassés de la mosquée. En conséquence, nous avons recommandé à M. Fatah de ne pas pénétrer dans les locaux afin de ne pas devenir une cible potentielle de la violence.»

Raza a demandé aux islamistes d'être plus ouverts à l'avenir puisqu'une inquisition déguisée en débat ne trompe personne. «Au nom du CMC, j'exhorte les organisations islamiques d'abandonner l'autoritarisme médiéval et d'adopter la démocratie», a-t-il ajouté.

Lien

Libellés : , , , ,


 

Bienvenue aux dictateurs, par Richard Martineau


Richard Martineau
30/01/2011 03h28

Tout le monde se demande pourquoi Jean-Claude Duvalier a quitté son palace sur la Côte d'Azur pour retourner à Haïti.

Comme l'écrivait Michel Beaudry dans sa chronique, l'autre jour: c'était quoi, son plan? Pensait-il que les Haïtiens allaient s'agenouiller devant lui et lui donner les clés du pays sur un plateau d'argent?

La belle vie

Mais une autre question me turlupine concernant Bébé Doc: comment se fait-il que ce monstre ait pu se la couler douce en France pendant toutes ces années, sans être le moindrement embêté, comme s'il était un retraité comme un autre?

La France aime rappeler au monde entier qu'elle est le berceau des Lumières et des Droits de l'homme. Liberté, égalité, fraternité, et tout le bataclan.

Mais concernant sa façon de traiter les anciens dictateurs qui ont accroché leur mitraillette, la patrie de Voltaire n'a de leçon à donner à personne.

Comme l'écrivait le journal électronique Rue89 la semaine dernière, la France a été hyper complaisante envers l'homme qui a pillé et terrorisé Haïti.

«Celui qu'elle a accepté d'accueillir en transit pour quelques jours en 1986 sera finalement resté 25 ans. Hors la loi, mais jamais inquiété.»

Un sans-papiers

Afin d'expliquer pourquoi on n'avait jamais expulsé l'ancien dictateur hors de France (et à coups de pieds dans le cul, s'il vous plaît, gracieuseté des millions de Haïtiens qu'il a crossés durant son règne), le gouvernement français disait que les autorités avaient «perdu sa trace».

Or, selon Rue89, c'est complètement faux. Bébé Doc n'est jamais disparu dans la nature.

Le président François Mitterrand a tout simplement dit à l'avocat de Duvalier que si son client restait tranquille et discret, rien ne lui arriverait.

Résultat: Bébé Doc (dont la fortune estimée était supérieure à la dette extérieure de son pays) a pu dormir sur ses deux oreilles dans sa somptueuse villa des Alpes et se balader en Ferrari sur la Croisette au vu et au su de tous, sans jamais être embêté par les autorités françaises, même s'il n'avait pas le statut de réfugié politique!

Tout ça, dans un pays qui ne cesse de dire haut et fort qu'il faut expulser les sans-papiers!

Les crapules s'amusent

Le cas de Duvalier n'est pas unique.

Omar Bongo, le président du Gabon, et Denis Sassou Nguesso, le président du Congo, deux sympathiques dictateurs sans foi ni loi, ont tous deux été accusés d'avoir détourné des sommes considérables de leur pays respectif pour acheter des palaces en France: un hôtel particulier dans le 16e à Paris, une villa dans les Yvelines, etc.

Rien de mieux que le miroitement des bijoux pour aveugler le pays des Lumières...

Ce n'est un secret pour personne: la Côte d'Azur est le Miami des dictateurs à la retraite.

Espérons que le Canada ne lui emboîtera pas le pas...

Après tout, ouvririez-vous les portes de votre maison à un criminel?

Ça pue


Mitterrand a autorisé la torture en Algérie, frayé avec le gouvernement de Vichy, accueilli Bébé Doc et fréquenté René Bousquet, un collabo notoire soupçonné d'avoir envoyé des enfants dans des camps d'extermination.

Décidément, plus on fouille, plus on se rend compte que l'idole de la gauche française était une crapule...

Lien

Libellés : , ,


 

Des hommes et des dieux sera présenté à Montréal le 25 février prochain, par Francis Chartrand


La première du film Des hommes et des dieux aura lieu au cinéma Quartier Latin situé à Montréal, le jeudi 10 février 2011 à 19 h.

La récente sortie en France du film Des hommes et des dieux (bande-annonce ICI) ramena dans l'actualité l'enlèvement survenu en 1996 et l'assassinat subséquent par des fanatiques musulmans de sept moines cisterciens (trappistes) qui vivaient dans un monastère à Tibhirine en Algérie.

Christian Rioux a présenté sa critique du film dans Le Devoir du 17 septembre 2010. Son article est archivé sur le site Cciel.ca.

En 1997, un dénommé Nasreddin Lebatelier fit paraître une traduction française inédite de la fatwa d'Ibn Taymiyya sous le titre Le statut des moines. Dans son texte, Ibn Taymiyya déclarait légitime de tuer les moines chrétiens qui ne vivent pas reclus et qui maintiennent des contacts avec les populations habitant à proximité de leur monastère. L'auteur de la fatwa faisait également état de divergences entre les exégètes quant au sort à réserver aux moines qui vivent dans des ermitages.

Le statut des moines méritait d'autant plus qu'on s'y attarde que son auteur Ibn Taymmiyya est l'un des exégète de l'islam les plus respectés par les islamistes contemporains de Tariq Ramadan à Oussama Ben Laden.

Point de Bascule a publié un texte sur le sujet intitulé: En marge du film Des hommes et des dieux (1/2) Comment l'exégèse coranique justifie le meurtre des moines

La bande annonce du film ICI

Lien


Bande Annonce Des Hommes et des Dieux de Xavier Beauvois
envoyé par sortiescinema. - Les dernières bandes annonces en ligne.

Libellés : , ,


 

«Je ne souhaite pas voir ce que j'ai vécu en Algérie se reproduire» en Tunisie _ Sihem Habchi

«Je ne souhaite pas voir ce que j'ai vécu en Algérie se reproduire» en Tunisie _ Sihem Habchi
Un groupe féministe français met en garde contre les islamistes en Tunisie
La présidente du mouvement féministe français "Ni putes ni soumises", Sihem Habchi, a mis en garde vendredi à Montréal contre les islamistes en Tunisie.
Venue au Québec pour renforcer les contacts de son organisation avec les féministes canadiennes, Mme Habchi, d'origine algérienne, a dénoncé lors d'une rencontre avec l'AFP ce qu'elle appelle la "tentation obscurantiste" en Tunisie.
« Je suis stupéfaite de voir qu'à l'extérieur de la Tunisie, et notamment en France, le leader d'un mouvement islamiste tunisien (Rached Ghannouchi, du parti Ennahda, longtemps exilé à Londres) se présente comme un modéré (...) et comme une possible alternative, à l'image de la Turquie », a-t-elle déclaré.
« Je m'inquiète pour les femmes tunisiennes, parce qu'elles avaient acquis des droits et que ces droits ont été maintenus », a poursuivi Mme Habchi, citant notamment la laïcité et l'avortement.
« Il faut les soutenir et faire attention à toute tentation obscurantiste (tolérée) pour des raisons de facilité, raisons de jeu politique et de jeu géopolitique international », a-t-elle encore affirmé.
« Ce parti islamiste modéré n'a pour l'instant pas beaucoup de bases en Tunisie. Mais l'argent peut beaucoup quand il faut s'organiser, se structurer, nous l'avons déjà vu, et je ne souhaite pas voir ce que j'ai vécu en Algérie se reproduire. »
Lien

Libellés : , ,


 

Quand le Québec déteint sur le Canada, par Richard Martineau


Hier, j'écrivais que de plus en plus de Canadiens remettent en question le dogme du multiculturalisme. Ils adoptent un point de vue plus critique face aux accommodements déraisonnables. Comme si la position du Québec déteignait de plus en plus sur le reste du pays...

Le fossé se creuse

On n'a qu'à lire les journaux anglophones pour s'en rendre compte.

Oh, bien sûr, la cohorte des commentateurs professionnels continue de croire que le multiculturalisme est la plus belle invention de l'histoire de l'humanité depuis le noeud papillon et les cassettes huit pistes.

Mais le public, lui, ne suit plus. Les Canadiens anglais «ordinaires» se posent de plus en plus de questions quant à l'efficacité du multiculturalisme à la Trudeau.

Preuve que là-bas comme ici le fossé continue de se creuser entre l'élite et le peuple.

Ignatieff sur son île

Le politologue Christian Dufour m'a envoyé un courriel fort intéressant à ce sujet.

Le Globe and Mail, souligne-t-il, a publié un texte sur le refus du kirpan à l'Assemblée nationale. On y lisait, entre autres, que Michael Ignatieff (dont le parti a toujours pu compter sur l'appui de la communauté sikhe) a vivement défendu le droit des sikhs de porter leur «couteau qui n'est pas un couteau» au Parlement.

Au moment de mettre sous presse, le texte du Globe avait généré plus de 2400 commentaires!

«J'ai regardé les 10 premières pages et je n'ai pas trouvé un seul commentaire appuyant la position d'Igniatieff», m'a écrit Christian Dufour.

«Le Québec a des couilles»

Parmi les nombreux commentaires publiés par le Globe, il y avait celui-ci:

«Les Québécois ne sont plus seuls à en avoir ras le bol d'accommoder toutes sortes de pratiques culturelles (...). Le reste du pays aussi est fatigué. La seule différence est que les Québécois n'ont pas sacrifié leurs couilles sur l'autel de la rectitude politique.

«Chapeau à l'Assemblée nationale. Les responsables de la sécurité ont pris la bonne décision en interdisant l'entrée à quiconque porte une arme pouvant s'avérer mortelle.»

Un autre:

«Le Bloc devrait présenter des candidats partout au Canada pour nous sauver de nous-mêmes! Désolé, Iggy (Igniatieff), mais sur ce point, tu es complètement déconnecté. Les Canadiens sont tannés des accommodements déraisonnables.»


Au lieu de lorgner le poste de chef du PQ, Gilles Duceppe devrait plutôt lorgner celui de premier ministre du Canada!

Censurons Kevin Parent!

Cette semaine, à la radio, j'ai entendu la chanson Pigeon d'argile, de Kevin Parent.

«Quand j'étais plus jeune, j'disais regarde la vedette / C'est un snob, c'est un fake, c'est sûrement une tapette...»

Vite, appelons le Conseil canadien des normes de la radiotélévision pour qu'il censure cette toune au plus vite!

Qui sait? Des auditeurs innocents vont peut-être écouter ces paroles et décider d'aller à la chasse aux gais...

Déception

Mercredi soir, une jeune fille m'arrête dans la rue. «Vous êtes la quatrième personne que je déteste le plus au monde», me lance-t-elle avant de repartir. Merde, pourquoi pas la première? Qui sont les trois autres? Qui occupe le septième rang? Tant de questions sans réponse...

Lien

Libellés :


 

Ceci n’est pas une chronique, par Richard Martineau


Nous vivons une époque formidable. Pour les sikhs, un objet muni d’une lame et d’un manche n’est pas un couteau.

Et pour Jean Charest, un collecteur de fonds qui appelle le sous-ministre de la Justice pour lui dire qu’il est prêt à appuyer un projet de loi cher au ministre si celui-ci nomme les « bonnes » personnes n’est pas de l’ingérence.

Ben coudon !

LA PROCÉDURE À SUIVRE

J’ai beau prendre le rapport de la Commission Bastarache par tous les bords, ça ne me rentre pas dans la gorge. Chantal Landry indiquait sur des post-it l’allégeance politique de certains candidats et ça ne constitue pas une preuve que le processus était biaisé ?

Qu’est-ce que ça prend, alors, pour qu’on puisse se poser des questions et « lever le flag », comme on dit ?

Pensez-vous que Mme Landry a décidé toute seule d’agir de la sorte ? Qu’elle mettait des post-it de sa propre initiative, sans avoir le feu vert d’en haut ? Qu’elle s’est levée un matin en se disant : « Tiens, à partir d’aujourd’hui, je vais indiquer quels candidats font partie de la grande famille libérale… » ?

Voyons !

Si la conseillère du premier ministre utilisait cette « technique » pour le moins douteuse, c’est que c’était la procédure à suivre.

C’est comme ça que les choses se passaient.

LA PORTE GRANDE OUVERTE

Idem pour les collecteurs de fonds du parti.

Si Franco Fava et Charles Rondeau entraient dans le bureau du premier ministre comme dans un moulin et s’asseyaient à côté de Mme Landry pour « l’aider » à établir la liste des candidats susceptibles d’hériter d’un poste au gouvernement, c’est parce qu’on leur a dit qu’ils POUVAIENT le faire.

Que la porte était grande ouverte et qu’ils étaient toujours les bienvenus.

Après tout, n’entrent dans le bureau du premier ministre que les gens qui ont la permission d’y entrer, non ? Mais selon le commissaire Michel Bastarache, tout cela n’a aucune importance.

Ce sont des détails, des peccadilles qui ne prouvent strictement rien…

Ben (re)coudon !

DANS LES FLEURS DU TAPIS

Pour ce qui est du couteau des sikhs… Selon les défenseurs des accommodements irraisonnables (comme Me Julius Grey, qui ne cesse de faire un parallèle douteux entre les croyants et les handicapés), un kirpan n’est pas un couteau.

Vous direz ça au président du temple sikh de Brampton, qui a été agressé en avril 2010 avec un kirpan qui lui a percé l’abdomen.

Dites-lui que ce n’est pas une arme blanche. Que c’est aussi inoffensif qu’une médaille de saint Joseph… À un moment donné, il faut arrêter de s’enfarger dans les fleurs du tapis. Un kirpan possède une lame.

C’est donc une arme blanche potentiellement dangereuse. Tout le reste est de l’enculage de mouche…

LE CANADA INFECTÉ

La bonne nouvelle, dans l’histoire du kirpan qui a été interdit à l’Assemblée nationale, c’est que ça nous permet de nous rendre compte que de plus en plus de Canadiens anglais pensent comme nous.

Il semble que la « maladie » des Québécois (« notre vieux fonds xénophobe », comme le dit si élégamment Michèle Ouimet de La Presse) est en train de contaminer le reste du pays. On ne s’en plaindra pas.

Lien

Libellés :


 

Tu fumes ? Tu paies, par Richard Martineau


Richard Martineau
16/01/2011 05h20

Ma chronique de lundi sur les fumeurs m'a valu un abondant courrier. Plusieurs lecteurs m'ont écrit pour me dire que j'étais beaucoup trop compatissant envers les accros à la nicotine.

Mes taxes et mes impôts

«Si les fumeurs veulent être malades, je ne veux pas qu'on prenne mon impôt pour qu'ils se fassent soigner», m'a écrit Denis Côté.

Même réflexion du côté de Georges Riquier :

"Les fumeurs savent qu'ils risquent de mourir du cancer, mais avant de mourir, ils se feront soigner dans le système de santé que je supporte financièrement avec mes taxes et impôts, écrit-il.

«De plus, ils utiliseront peut-être la place à l'hôpital que moi et mes proches ne pourrions pas utiliser parce que l'hôpital est complet...»

Petite question, comme ça...

Combien de ces lecteurs font de l'exercice régulièrement, ne mangent pas de sel, évitent la viande rouge et les charcuteries, ne font pas d'embonpoint et boivent de l'alcool modérément, comme le recommandent les médecins ?

Je serais curieux de le savoir...

Big brother

Qu'est-ce que vous voulez, au juste ?

Que le gouvernement tienne un fichier recensant les habitudes de vie de chaque Québécois afin de savoir qui d'entre nous mérite de recevoir des soins de santé gratuits ?

Vous voulez que l'État se mette à surveiller ce que vous mangez, si vous faites du jogging, combien de verres de vin vous buvez par jour, si vous marchez pour aller travailler ou si vous utilisez votre auto ?

Avec une ligne 1-800 qui vous permettrait de dénoncer vos voisins ? («Mon beau-frère dit qu'il ne fume pas, mais je l'ai vu l'autre jour en train de griller une cigarette dans sa cour, et il semblait être à sa troisième bière...»)

C'est ça, le Québec dont vous rêvez ?

Le cancer du cancre

Pourquoi ne pas élargir cette façon de faire au système d'éducation, tant qu'à faire ?

«Tu ne lis jamais à la maison et tu ne regardes que des quiz stupides ou des émissions de télé-réalité ? Alors tu paieras ton éducation, il n'est pas question qu'on prenne MES impôts et MES taxes pour essayer d'instruire un twit qui refuse de faire les efforts intellectuels nécessaires à son développement !»

Les citoyens devraient aussi passer des tests de culture politique pour savoir s'ils sont aptes à exercer leurs droits de vote ou pas.

Après tout, je ne veux pas que MES taxes et MES impôts permettent à des ignorants d'élire la personne qui va me diriger !

Stade ultime

Je vous rappelle que les fumeurs paient déjà beaucoup, beaucoup de taxes, et que chaque poffe qu'ils prennent participe à remplir les coffres de l'État.

Si les taxes prélevées sur les paquets de cigarettes ont servi à payer un stade d'un milliard de dollars plutôt qu'à financer notre système de santé, ce n'est pas leur faute, mais celle de nos chic bureaucrates qui gèrent mal notre argent.

De plus, si les gouvernements étaient aussi préoccupés que ça par le tabagisme, ils séviraient contre ces Amérindiens qui brisent effrontément la loi en vendant des cigarettes à bas prix (et à des mineurs), au lieu de les regarder aller les bras croisés...

Lien

Libellés :


 

Un climat malsain, par Richard Martineau


Richard Martineau
11/01/2011 06h36

On aurait pu croire qu'avec l'élection de Barack Obama, les républicains américains auraient appris leur leçon et changé de disque.

Qu'ils auraient cessé d'alimenter les délires paranoïaques des extrémistes qui empoisonnent leurs rangs pour proposer un discours plus intelligent, s'adressant davantage à la raison qu'à l'émotion.

Mais non.

Si ça se trouve, c'est même pire qu'avant.

Un discours irresponsable

Au moment où j'écris ces lignes, on ne sait pas encore si la fusillade qui a fait six morts en Arizona samedi (et qui a failli coûter la vie à la parlementaire démocrate Gabrielle Giffords, qui a reçu une balle dans la tête) était un geste politique.

Mais une chose est sûre: le discours agressif et provocateur de certaines personnalités du Parti républicain n'a certainement pas aidé à calmer les esprits faibles et influençables.

Au contraire.

Publier, comme l'a fait Sarah Palin l'an dernier, une carte des États-Unis «ciblant» vingt démocrates qui ont eu le malheur d'appuyer la réforme du système de santé (montrant ces politiciens comme s'ils étaient dans la ligne de tir d'un tueur) n'est pas seulement indigne d'une femme qui brigue la présidence, mais c'est totalement irresponsable.

C'est bien beau, utiliser des métaphores guerrières pour parler de politique (tout le monde le fait depuis Sun Tzu et Machiavel, tellement que c'en est devenu un cliché), mais passé une certaine limite, ça devient dangereux.

Pisse-vinaigre

Les républicains n'ont-ils rien d'autre que la rage et la colère à proposer au peuple américain ?

On peut penser ce qu'on veut du président actuel. Trouver qu'il ne livre pas la marchandise ou croire que son programme économique est «anti-américain», car trop interventionniste. Mais qu'on l'aime ou non, il faut reconnaître une grande qualité à Obama : l'homme est intelligent.

Quand il parle aux citoyens, il ne tente pas d'exploiter les peurs, leurs craintes et leurs frustrations, il s'adresse à leur tête, il les invite à participer à un débat d'idées, à discuter, à échanger.

Que font les républicains, eux ?

Ils versent du vinaigre sur les plaies des laissés-pourcompte du système en espérant que ça les fera grimper aux rideaux.

C'est le degré zéro du discours politique.

On adopte ce genre de stratégie quand on n'a plus aucune idée nouvelle à proposer, quand on se retrouve à court d'arguments pour convaincre qui que ce soit.

Des leçons à tirer

Après des décennies de «constitutionnalite» aiguë, nous assistons au retour du débat «gauche-droite» au Québec.

Tant mieux. Il était temps.

Mais j'espère que le niveau de la discussion ne descendra jamais aussi bas que celui que doivent endurer nos voisins du Sud depuis une vingtaine d'années.

Un débat corsé, oui. Des discussions musclées, je l'espère bien. Après tout, une bonne prise de bec n'a jamais fait de mal à personne. Mais je ne vois pas ce que gagnerait notre société à voir nos politiciens, nos commentateurs et nos militants se rouler dans la boue, se lancer des insultes.

Et nourrir la frustration du peuple en véhiculant des théories du complot et des rumeurs non fondées.

Un souhait

À quand un candidat républicain qui va rehausser le niveau du débat et renouer avec l'histoire glorieuse du parti d'Abraham Lincoln ?

Lien

Libellés :


mardi, janvier 25, 2011

 

La dignité du croyant : Une illusion ?, par Tania Tokarski


La dignité du croyant :
Une illusion ?

Certains films font état de la misère humaine ; La Passion du Christ et Spartacus pour n’en nommer que quelques-uns. Ils me font penser à cette période, peu avant la fin de l’Empire romain, où les Romains jetaient les Chrétiens dans le Colisée pour nourrir les lions. Non seulement ces traîtres à Rome continuaient de défier l’ordre avec leurs croyances et ce, en dépit de leur triste sort, mais de plus en plus d’adeptes souscrivaient à leur religion. « La croyance religieuse est-elle un consolation pour les faibles ? » Les malades, les pauvres et les infortunés puisaient-ils leur courage contre Rome d’une promesse en un monde meilleur suivant la mort ? Encore aujourd’hui, beaucoup de personnes continues de garder la foi alors que tout va mal. Et bien, je pense, comme le docteur Sigmund Freud, que la religion est une fiction tirée de l’esprit d’un collectif qui souhaite mieux vivre la dure réalité. La religion est un sédatif ; elle ne saurait être la réalité.
Tout d’abord, Freud explique le but de la religion :

« Les êtres humains s’efforcent ensemble et en grand nombre de s’assurer bonheur et protection contre la souffrance au moyen d’une déformation chimérique de la réalité. Or les religions de l’humanité doivent être considérées comme des délires collectifs de cet ordre. » (Les conceptions de l’être humain, p. 74)

En effet, lorsque tout va mal, l’homme repense à Dieu, son père protecteur, et à la joie qu’il connaîtra lorsqu’il l’aura rejoint. Freud explique qu’il existe trois sortes de sédatifs dont l’humain se sert pour diminuer ses souffrances : les fortes diversions comme le travail, les satisfactions subjectives qui pourraient être la pratique d’un art et les stupéfiants qui jouent sur la chimie du corps (morphine, etc.) La religion va dans l’une de ces catégories. Elle explique la raison de l’existence de l’homme, car il serait insoutenable de penser que le seul but d’exister est la survie. L’homme, après tout, n’aspire qu’au bonheur et ses façons d’y arriver sont, premièrement, de trouver le plus de sources de jouissances possible (ex : fonder une famille, apprendre à jouer d’un instrument) et, deuxièmement, de diminuer les sources de mécontentements par l’utilisation des sédatifs, nommés ci haut. Après tout, selon les dires de Freud, de penser que notre existence est protégée par un père que personne ne voit ne peut qu’être le rêve d’ « enfants » ayant besoin d’une consolation. À cet effet, la religion ne saurait être autre chose qu’une consolation pour les faibles.

Cependant, Jean-Paul II a une opinion différente. Les enseignements de la Bible détiennent la vérité. La Bible ne saurait être de la fiction puisqu’elle apporte la sagesse. Cette sagesse dont elle parle introduit les notions de « dignité humaine », de « commisération » et d’ « égalité. » L’être humain est digne, car Dieu l’a voulu pour lui-même. Une personne digne ne saurait être faible. Selon la Bible, il n’existe point de faibles ni de forts puisque tous les hommes sont égaux aux yeux de Dieu. L’être humain est digne et sa faculté de penser par lui-même lui a été laissé, faisant en sorte qu’il puisse utiliser son intelligence, faire les bons ou les mauvais choix et voyager pour apprendre et exploiter son potentiel. La Bible révèle aussi que l’être humain a été créé dans le respect de la vie. De ce fait, il fait état de solidarité, de communication envers son prochain et donne ce qui lui appartient, car « Dieu l’a créé à son image. » Pour toutes ces raisons, il ne saurait être faible et la religion ne pourrait être une fiction. Enfin, la religion n’est pas une consolation pour les faibles puisqu’elle est l’une des explications du mystère de la vie. Tout aussi valable que la théorie de l’évolution, elle demeure inécartable.

Maintenant, quelle conception est la plus valable ? Faisons un bref retour. Freud pense que la religion est un sédatif pour l’homme, qui ne voulait pas vivre les difficultés que lui offrait la vie. L’Homme se créé une « chimère » collective, autrement dit, la religion. Elle serait une consolation pour lui. La conséquence que ça (la vision de Freud) entraîne, à mes yeux, est bénéfique : elle encourage le sujet à prendre conscience des moyens à sa portée pour être heureux (ex : se trouver une meilleur emploi) plutôt que de joindre une groupe religieux (qui encourage plus le partage du vécu que l’action sur son problème.) Toutefois, l’idéologie de Jean-Paul II est aussi attrayante : les hommes sont tous égaux aux yeux de Dieu, il n’existe pas de forts ni de faibles. La religion n’est pas une consolation, elle enseigne les vertus du don de soi, de l’égalité et du respect de la vie. Elle n’est pas une fiction, car elle est une des explications du but de la vie. À cet effet, elle apporte de belles valeurs à l’être humain en plus de l’espoir d’une vie après la mort. Quand je repense à ce qu’ont apporté les grandes religions, comme le Christianisme, j’intègre la théorie de Jean-Paul II. La religion n’est pas une consolation pour les faibles, car elle a apporté l’ordre à de nombreuses reprises. Lorsque Rome est tombée, les Chrétiens ont bâtis un nouvel ordre. La charité envers les pauvres est née de la religion (don de soi). Les écoles, les hôpitaux et d’autres institutions publiques pont aussi commencé avec la religion. Après ces accomplissements, il serait injuste de comparer les croyants à des faibles. Des personnes qui accomplissent d’aussi grandes et d’aussi belles choses que l’éducation, les soins publics et la charité (une ancêtre du bien-être social) ne sauraient qu’être fortes.

En conclusion, je suis, tout compte fait, en désaccord avec Freud qui pense que la religion est un sédatif pour le peuple. La religion apporte, au contraire, des explications aux mystères de la vie. Elle transmet de belles valeurs et a partis les systèmes sociaux tels que les écoles, les hôpitaux et la charité. Bien sûr, le zèle religieux a eut des conséquences fâcheuses, notamment, avec le génocide des Amérindiens ou l’esclavage des Africains. Cependant, bien utilisée, peut-être que les croyances religieuses pourraient redonner espoir et goût à la vie aux suicidaires, souvent athées, du Québec. Nos statistiques sur le suicide semblent bien correspondre avec la sortie de la religion de notre gouvernement. Maintenant, si une nouvelle religion devait être adoptée, laquelle serait la meilleure pour répondre aux besoins humains ? Le Christianisme, le Bouddhisme ou une toute nouvelle religion se rapprochant de l’agnosticisme ? Un jour, le saurons-nous peut-être.

Libellés : , , ,


mardi, décembre 28, 2010

 

Grande-Bretagne : des musulmans lancent une campagne «Noël est diabolique», par Francis Chartrand




Si des chrétiens britanniques lançaient une campagne "l'islam est diabolique", ils seraient immédiatement arrêtés par la police et traduits devant les tribunaux criminels.
Vous pouvez participer au concours d'affiches lancé par le blog Powip sur le thème: "The Evils of Islam".
Des fanatiques d’un groupe islamique haineux ont lancé samedi une campagne nationale d’affichage dénonçant Noël comme une fête diabolique.
Les organisateurs projettent de poser à travers le Royaume-Uni des milliers d’affiches affirmant que la saison des fêtes favorise les viols, les grossesses précoces, les avortements, la promiscuité, la criminalité et la pédophilie. Ils espèrent que la campagne aidera à «détruire Noël» dans le pays et incitera les Britanniques à se convertir à l’islam.
Le député travailliste et militant anti-raciste Jim Fitzpatrick a qualifié les affiches d’«extrêmement choquantes» et réclamé leur enlèvement immédiat. Les affiches, qui sont déjà posées dans certains quartiers de Londres, montrent un arbre de Noël surmonté d’une étoile de Bethléem. Au bas de l’affiche, un message sur «les maux de Noël» tourne en dérision les paroles de la chanson Les 12 jours de Noël, ainsi: «Le premier jour de Noël, mon amoureux m'a donné une MST (maladie sexuellement transmissible) ; le 2e jour, des dettes ; le 3e jour, un viol ; le 4e jour, une grossesse adolescente ; puis il y a eu l’avortement.»
Les affiches disent que Noël favorise aussi le paganisme, la violence, l’itinérance, le vandalisme, l’alcool et la drogue et que cette fête est offensante parce qu’elle «affirme que Dieu a un fils». Le bas de l'affiche se lit : «Dans l’islam, nous sommes protégés contre tous ces maux. Nous avons le mariage, la famille, l'honneur, la dignité, la sécurité, les droits de l'homme, de la femme et de l'enfant. »
La campagne est orchestrée par un musulman de 27 ans, Abou Rumaysah, qui a déjà demandé l'application de la charia en Grande-Bretagne lors d'une conférence de presse du prêcheur de haine Anjem Choudary, le chef du groupe militant Islam4UK. M. Rumaysah a déclaré au Mail qu'offenser les chrétiens lui était indifférent : «Noël est un mensonge et comme musulmans, il est de notre devoir de l'attaquer. Mais nous ciblons en premier lieu les conséquences de Noël comme l'abus d'alcool et la promiscuité qui augmentent pendant les fêtes, ainsi que tous les autres maux qui en découlent comme l’avortement, la violence domestique et la criminalité. Nous espérons que cette campagne amènera les gens à réaliser que l'islam est la seule façon d’éviter ces maux, et qu’ils se convertiront.
M. Rumaysah dit que sa campagne n'est liée à aucun groupe et il annonce fièrement qu’il y aura des affiches dans plusieurs villes à travers le pays, y compris Londres, Birmingham et Cardiff.
Lien

Libellés : , , ,


vendredi, décembre 24, 2010

 

Joyeux Noël 2010!


mercredi, octobre 06, 2010

 

Bon, je veux juste vous montrer des vidéos sur l'Islande.







Lien

Libellés :


samedi, septembre 25, 2010

 

Katy Perry à Sesame Street, par Francis Chartrand



Ah, les Américains, hein?

Moi, je trouve ça imbécile de voir tout ce tabac, mais je m'y attends. Le puritanisme, et je veux pas faire peur à personne, mais ça revient. Surtout ces jours-ci avec Sarah Palin, qui rêve de devenir présidente en 2012. D'ailleurs, je me demande même si ce n'est pas le Tea Party (organisation de Sarah Palin) qui n'a pas organisé toute cette polémique des plus stupides.

C'est elle-même qui a condamné la masturbation, alors qu'une candidate au Sénat américain dans l'Indiana veut interdire la masturbation, le sexe avant 21 ans dans tout le pays, et bien sûr, interdire le décolleter. En passant, elle mène à 64% dans les intentions de votes.

Vous pensiez quand même pas que Katy Perry est la première victime des hypocrites de puritains? Janet Jackson, avec son cache mamelon qui "tombe" en direct au Super Bowl. La Petite Sirène de Walt Disney; avec un simple cache sein en forme de coquille Saint-Jacques, les parents croyaient que les enfants qui iraient voir ce film deviendraient victimes de pédophiles. Toujours dans le même film, le Roi Triton passait aussi pour un "adulte" en position d'autorité.

Pour revenir à la personne qui a parlé plus tôt de Jasmine dans Aladin, Nation of Islam, une organisation musulmane américaine, s'était insurgée à la sortie du film contre la tenue de Jasmine craignant qu'on pense que les filles arabes seraient des salopes dévergondées. Et une chanteuse qui en a pris pour son rhume, Jessica Simpson, qui s'était faite demandée par une des mères de famille de l'Arkansas de se faire réduire les seins; ses enfants avaient eu une érection, pour répondre à la mère de tantôt.

Vous en voulez d'autres des chanteuses maudites par les puritains? En rafale; Madonna qu'on a traitée dans les années 80 de femme adultère, les Spice Girls qu'on a traitées de lesbiennes refoulées, les Dixie Chicks qu'on a traitées de communistes anti-américaines parce qu'elles étaient contre la guerre en Iraq, les filles de T.A.T.U. qu'on a traitées de lesbiennes communistes parce qu'elles sont russes, Lady Gaga qu'on a traitée de satanique parce qu'elle s'habille trop en rouge et noir, Céline Dion qu'on a traitée de "maudite séparatiste" parce qu'elle vient du Québec et que tout le monde qui viendrait du Québec fréquenterait le FLQ, Alanis Morissette qu'on a traitée de "looser" parce qu'elle a chanté le "O Canada" avec le chandail des Sénateurs d'Ottawa, et Avril Lavigne qu'on a traitée de... canadienne, parce qu'elle est... canadienne.

Mais en 1999, Britnet Spears plaisait à tout le monde, même les parents très protestants et puritains, malgré le titre de son album "Baby One More Time". Tout le monde disait: "She's so sweet, she's so cute, she's so perfect; she's american".

Vous êtes offensés de voir Katy Perry habillée de cette façon avec Elmo dans Sesame Street? Attendez de voir les émissions jeunesse au Brésil, en Suède et en République Tchèque qu'on vous montre le samedi matin, où de jeunes comédiens de mettent nus pour des émissions éducatives basées sur l'éducation sexuelle.

Au Brésil, une fille de 19 ans montre la fonction de ses alvéoles et comment allaiter. De plus, elle montre l'emplacement de son clitoris, comment l'utiliser, et comment se masturber. En Suède, deux jeunes comédiens de 18 ans (un gars et une fille) montrent aux jeunes qui commencent à avoir des relations sexuelles (les Ados), comment pratiquer les préliminaires avant de faire l'amour. Le comédien prend soigneusement le temps d'expliquer comment mettre un condom, et on voit la pénétration alors que le tout est expliqué pédagogiquement.

De la porno éducative télédiffusée sur la chaîne nationale. On n’aurait pas vu ça à Bouledogue Bazar, n'est ce pas?

Libellés : ,


mardi, septembre 21, 2010

 

À l'école sous escorte, par Serge Labrosse


C'est sous escorte que les quatre élèves de l'école Armand-Frappier, traquées depuis deux semaines par autant de suspects, à Saint- Constant, doivent, ce matin encore, se rendre à l'école.

Les parents des adolescentes les protégeront jusqu'à ce que les suspects aient été neutralisés.

«On n'a pas le choix, explique Lyne St-Denis, la mère d'une des filles. Elles n'osent plus sortir de la maison.»

Rappelons que depuis deux semaines, un groupe de quatre individus dans la vingtaine, des «hindous » à bord de véhicules automobiles, harcèle sans répit les quatre jeunes filles de 14 et 15 ans sur le chemin de l'école.

Même le week-end

L'un des suspects ne se contente d'ailleurs plus de traquer les adolescentes durant la semaine.

«Samedi soir, relate Mme St-Denis, Muna (l'une des victimes) m'a téléphoné. Elle m'a dit : Lyne, Lyne, je viens de les voir. Ils sont là, sur la rue !»

«Elle était à bicyclette. Elle a aperçu la Nissan Sentra verte dans laquelle se trouvaient les gars et qui faisait demi-tour vers elle.»

Muna a plus tard raconté s'être aussitôt emparée de son cellulaire.

Lyne St-Denis : «Je lui ai dit de venir tout de suite chez moi, mais elle était loin, sur la rue Monchamp. On n'a pas pris de chance. Je suis allée la chercher avec ma Van et on a embarqué sa bicyclette pour rentrer. »

Confinées à la maison

Inutile de dire que les quatre amies n'osent plus sortir de chez elles.

«Ma fille, en tout cas, elle reste à la maison», précise Mme St-Denis.

Et puisque la Régie intermunicipale de police Roussillon semble incapable de neutraliser les suspects -qu'elle aurait pourtant suivis ou interceptés une ou deux fois, selon des témoins -, les parents n'entendent pas relâcher leur vigilance. Déjà, ils ont eux-mêmes organisé quelques filatures pour identifier et tenter d'intercepter les suspects -avec les risques que cela suppose.

Entre-temps, il est bien difficile de savoir si l'affaire représente une urgence ou non pour la police du Roussillon.

Policier indifférent

Certainement pas pour le relationniste du service, en tout cas. Informé en fin de journée, vendredi, qu'un reportage allait être publié le lendemain sur ce sujet, l'agent René Fleury n'a pas jugé utile de répondre aux inquiétudes dont les parents s'étaient confiés au Journal. Il n'a pas rappelé.

Dans un message laconique laissé sur le répondeur du journaliste, le lendemain, il expliquait n'avoir «pas retourné [notre] appel urgent de vendredi soir» parce que «j'étais à la maison, bien tranquille, en train de souper avec mes amis et ma femme»...

On pouvait comprendre de la suite de son message qu'il n'était pas payé pour répondre aux appels de week-end, à moins qu'on ne lui en attribue spécifiquement la tâche (ce que son répartiteur avait pourtant fait en lui transmettant notre appel).

De toute façon, concluait l'agent Fleury, d'un ton détaché : «D'ici à lundi, ça va devoir attendre... »

Le Journal a relayé le message aux victimes, qui craignent toujours pour leur sécurité.

Lien

Libellés : ,


dimanche, septembre 19, 2010

 

Peur sur le chemin de l'école, par Serge Labrosse


Quatre étudiantes de l'École secondaire Armand-Frappier, à Saint-Constant, sur la Rive-Sud, vivent dans la peur. Des voyous ont jeté leur dévolu sur elles et les inquiètent depuis deux semaines, tout en se moquant ouvertement de la police du Roussillon.

Alexandra, Véronique, Samantha et Muna sont âgées de 14 et 15 ans. Élèves de secondaire III, elles vivent une rentrée troublante à l'école du quartier.

Il y a deux semaines, des garçons d'une vingtaine d'années, des «hindous» anglophones qui se disent résidents de LaSalle, se sont mis à traquer les quatre amies, matin, midi et soir.

Les autorités scolaires et la police en sont informées depuis lundi. Mais cinq jours plus tard, les suspects rôdaient encore autour des jeunes filles. Jusque devant leurs domiciles respectifs.

Colère des parents

Il n'en fallait pas davantage pour provoquer la colère des parents, inquiets pour la sécurité de leurs filles. Deux mères de famille dénoncent la situation.

«Les policiers nous disent qu'ils ne peuvent rien faire si ces gars-là n'ont pas touché à nos filles», rapportent-elles.

Comme il s'agit manifestement de harcèlement criminel, elles se demandent comment on peut leur répondre ça, estimant la sécurité des filles en danger.

Mères et filles comprennent d'autant moins le peu de résultat obtenu du service de police qu'elles ont transmis aux autorités le numéro de plaque, le modèle et la couleur du principal véhicule utilisé pour les suivre. Les jeunes victimes croient même détenir l'identité d'un des voyous, qui les a relancées jusque sur Facebook.

Ce qui surprend le plus, c'est que des parents, des enseignants de l'école et la directrice elle-même, puis la police, sont intervenus plus d'une fois auprès des suspects, qui ne cessent de suivre les filles jusque dans le stationnement de l'école.

Les policiers auraient même intercepté deux fois l'un des véhicules utilisés par les suspects, dont l'un -souvent vu au volant -n'a même pas de permis de conduire en règle. Sans conséquence.

«Il ne faudrait pas attendre que les citoyens se fassent justice eux-mêmes», prévient la mère d'une des victimes.

«Ils attendent quoi, demande Lyne St-Denis, la mère d'une autre. Qu'une de nos filles se fasse agresser ? Enlever ? Violer ? Elles ne peuvent même plus sortir de chez elles sans être accompagnées. Il faut que la police agisse.»

Lien

Libellés : ,


lundi, septembre 13, 2010

 

L'avenir du registre au coeur des débats, par Francis Chartrand


À moins d'une semaine de la reprise des travaux à la Chambre des communes, la question du registre des armes à feu est l'objet d'importantes tractations au sein du Nouveau Parti démocratique.

Réunis en caucus national à Regina, les députés du NPD discuteront ferme au cours des prochains jours sur les stratégies qu'ils adopteront en Chambre, notamment sur le vote qui doit avoir lieu la semaine prochaine sur l'abolition du registre des armes à feu. Le vote s'annonce si serré qu'une ou deux voix seulement pourraient décider de l'avenir du registre que souhaite abolir le gouvernement Harper.

Si au Bloc québécois et au Parti libéral on a imposé la discipline de parti sur la question, le chef du NPD, Jack Layton, a préféré laisser ses députés voter en leur âme et conscience, une position qui alimente le débat au sein du parti et laisse planer le suspense sur l'avenir du registre des armes à feu.

Il y a moins d'un an, 12 des 36 députés néo-démocrates s'étaient déclarés en faveur du projet de loi visant à abolir l'enregistrement des fusils de chasse. Trois députés ont révisé leur position depuis.

Les autres sont au coeur d'intenses discussions au sein du parti qui détient l'avenir du registre des armes à feu entre ses mains. Le chef du parti, Jack Layton, entend pour sa part se prononcer contre l'abolition du registre des armes à feu. Il tente maintenant de rallier les députés dissidents au sein de son parti.

« On cherche à créer des ponts entre les diverses opinions afin de trouver des solutions pour que le registre fonctionne mieux », expliquait dimanche Jack Layton à la radio de Radio-Canada.

« Un manque de leadership », dénonce le Bloc

L'incertitude qui plane au NPD irrite le chef bloquiste Gilles Duceppe. Réuni en caucus lundi matin, à Montréal, Gilles Duceppe a reproché à Jack Layton de faire preuve « d'une absence pitoyable de leadership », en refusant d'obliger ses députés à sauver le registre des armes à feu.

« Ce n'est pas avec le NPD de Jack Layton que la route sera barrée aux conservateurs », a ajouté le chef bloquiste à l'endroit de ses troupes.

Pour le député néo-démocrate Claude Gravelle, l'avenir du registre ne repose pas que sur le NPD, plusieurs députés d'autres partis sont aussi, selon lui, en faveur de l'abolition du registre. « Attendons de voir combien de libéraux seront absents pour le vote », a-t-il déclaré lors d'une entrevue à la radio de Radio-Canada.

C'est le mercredi 22 septembre que le vote sur l'abolition du registre des armes à feu doit avoir lieu à la Chambre des communes.

Lien

Bon, mon commentaire, maintenant. Il y a bientôt trois ans de cela, le 16 décembre 2007, j’ai appris par les médias que moi et Micheline Montreuil n’étions plus candidats. Si vous vous souvenez de mon histoire, vous comprendrez que j’avais appris la nouvelle par le biais du Toronto Star, puis par la suite, 43 autres candidats s’étaient retirés dans les semaines qui ont suivies par protestation contre mon évincement.

La raison de mon évincement ? J’avais parlé en janvier 2007 contre les accommodements raisonnables sur des motifs religieux parce que cela mettait en péril l’égalité homme/femme, l’égalité canadien/immigrant, l’égalité pratiquant/non pratiquant, l’égalité sur l’origine d’un immigrant, parce que 22% des Canadiens sont d’origine ethnique, et que de ces 22% d’immigrants, 79% ont fuit leur pays pour se mettre à l’abri de l’intégrisme religieux, et 89% ont fuit leur pays pour se mettre à l’abri de la dictature.

Est-ce normal de réclamer l’intégration de la laïcité dans la Charte canadienne des droits et libertés ? Bien sûr que si, surtout avec 4 immigrants sur 5, qui ne veulent rien savoir des intégristes religieux. Dans tous les partis de gauche de la planète, il existe une motion réclamant que l’État soit laïc. Tous les partis de gauche ? Non. Au Canada, il existe un parti politique peuplé d’irréductibles multiculturalistes totalitaires et absolus, qui résiste encore et toujours à la raison, même souvent interpellée par le Congrès Musulman Canadien, le Congrès Sino Canadien, la Fédération Bouddhiste Canadienne, et j’en passe. Et la vie n’est pas facile pour les autres partis politiques, le Parti conservateur, la Parti libéral, le Bloc québécois et le Parti vert.

Bien sûr, je parlais du NPD. Le NPD, Nouveau parti de droite, euh non, Nouveau parti démocratique a rejeté l’idée même que l’on parle de la séparation de l’Église et de l’État, la séparation de la Mosquée et de l’État, la séparation de la Synagogue et de l’État. Pour me culpabiliser d’avoir eu une telle idée, on m’a traité de raciste, de nazi, de porc, d’antisémite, d’islamophobe, bref, même de sal blanc, malgré le fait que des immigrants s’étaient joint à mon idée de résolution.

Si j’avais compris en janvier 2008, le NPD avait voulu mettre dans sa ligne de parti une politique de multiculturalisme absolu, quitte à faire passer la religion de quiconque au dessus de toute liberté de tous les Canadiens toute origine confondue.

Eh bien, parlons-en de la ligne de parti. De quel droit Jack Layton favorise un vote libre sur le registre des armes à feu ? Jack avait fait des pieds et des mains au Congrès National du NPD en 2006 à Québec, alors qu’il avait déclaré que jamais son parti n’abandonnerait jamais le registre. Cette simple phrase de son long discours de clôture du Congrès lui avait valu une vive ovation. Tout comme le Congrès National du NPD en 2009 à Halifax, que je n’ai pas assisté.

Qu'en est-il de ce discours ? Un discours qui change pour être plus électoraliste, sans doute pour plus rejoindre les Prairies, foyer natal du NPD. Sans doute aussi que le parti n’a pas de fonds pour des campagnes électorales, donc douze députés du NPD voudraient voter avec les Conservateurs, et ils le feraient parce que le NPD ne veut pas aller en élection.

Quoi qu’il en soit, certains néo-démocrates du Manitoba et de l’Ontario ont été élus en 2008 pour maintenir le registre national des armes à feu, ça serait dommage de remettre en jeu leur siège lors du prochain scrutin, n’est-ce pas, Jack !

Libellés : ,


This page is powered by Blogger. Isn't yours?

S'abonner à Messages [Atom]